Perles
:::::::::::::::::::::::::::

Etymologie : Probablement du latin pira (poire), devenu ensuite pirla (petite poire), nom populaire donné par les Italiens aux boucles d'oreilles en forme de poires des matrones romaines.

Couleur : Blanc argenté à crème ou rose, gris pâle, bleuté, violacé à noir.

La perle est une concrétion calcaire sphéroïdique ( des micro-cristaux se déposant en couches concentriques), soit de manière naturelle, soit par culture, et produite par le manteau de certains mollusques bi-valve, notamment les Méléagrines (huitres perlières) en mer, et les mulettes (ou moules en eau douce), en lacs et rivières.

Les perles sont composées essentiellement de nacre, et présentent souvent des reflets irisés.

Nettoyage conseillé eau savonneuse, essuyage doux.

Les perles sont sensibles aux agents atmosphèriques de par leur composition calcaire et organique. Par grande chaleur, elles peuvent sécher et même se craqueler. Il faut porter souvent ses perles plutôt que de les laisser enfermées, car la perle et celle qui la porte (et qui, ainsi, l'hydrate) s'embellissent mutuellement.

Elles craignent les acides (vinaigre, citron, sueur . . .) ainsi que l'alcool, les parfums, le maquillage. En contact avec ces substances, elles verdissent, et leur orien se ternit. Ces dégats sont irréversibles.

Souvent les porter Les perles sont vivantes, et peuvent périr si elles ne sont pas portées pendant longtemps, ou régulièrement entretenues.

Les noces de perles sont le symbole de 30 ans de mariage.

La turquoise symbolise la femme, l'eau et la lune. 

 

La perle fut connue et appréciée dèe la plus haute antiquité en Orient et en Extrême-Orient. Une grande valeur lui était attribuée.

2.500 ans avant notre ère, elle servait à payer l'impôt en Chine. En 1700 avant JC, elle devint symbole de richesse pour les Hébreux. La plus ancienne parure de perles daterait de 520 avant JC, les perles la composant ayant été trouvées à Suze, et se trouvent au Musée du Louvre.

La perle arrive en Grèce vers 330 avant JC.

Après une période d'oubli due aux grandes invasions, la Renaissance la remet à l'honneur (les parures des Ducs de Bourgogne et de Charles le Téméraire en étaient des exemples éblouissants).

Les Espagnoles s'appropriairent les parures et les trésors de perles, du Pérou au Mexique, et obligèrent, parfois rudement, les indigènes à leur pêcher les perles.

Au XVIe siècle, les Portuguais, à Ceylan, exigeaient un tribut de perles.

Tous les trésors royaux recelaient de perles (parfois mal acquises : Elisabeth Ière d'Angleterre s'appropria les perles reçues par Marie Stuart, de Catherine de Médicis).

Au XIXe siècle, partout dans le monde, les perles étaient à la mode, depuis la Russie d'Alexandre II jusqu'à l'Angleterre de la reine Victoria. Le marché de la perle fine se déplaça à cette époque de Leipzig à Londres et Paris, où existe encore aujourd'hui une société spécialisée dans ce négoce.

Aujourd'hui, les familles princières en Indes et la banque d'état en Iran (héritière du pillage de Delhi au XVIIIe siècle) possèdent les plus grandes collections de perles, tandis que les plus belles pnt tendance à se rassembler aux Etats-Unis. 

 

Formation d'une perle Un vers microscopique, parasite du mollusque, se place entre la coquille et le manteau, qui, excité par l'effet des toxines, l'isole par une production de calcaire. Les perles fines sont donc formées entièrement de couches concentriques de fins cristaux d'aragonite dans un réseau de matière organique chitineuse, dite conchyoline.

De la couleur du mollusque dépend la couleur de la perle : blanc rosé (perles d'Orient), blans jaunâtre, voire diré (perles "pipi" de Tahiti), gris plus ou moins foncé ( perles noires du Mexique et de Tahiti).

La couleur de la perle dépend aussi de traces d'éléments chromogènes, dans l'eau de mer, et qui se trouvent concentrés, suivant son espèce et son alimentation, par le mollusque (d'ailleurs, pour ses raisons, les perles d'eau douce sont le plus souvent d'un blanc terne).

Les formes les plus recherchées sont la sphère aplatie parfaite, et la poire. Le bouton est une sphère aplatie d'un côté (les mandarins chinois s'en servaient comme boutons).

Une perle de forme régulière est appelée 'baroque", et une perle allongée est une olive, olivette, ou grain de riz.

Une perle résultant d'une masse organique plus ou moins décompsée, creuse, est dite "soufflure de perle", et peut donner des formes variées, parfois très prisées dans la confection de bijoux originaux.

Perles d'eau douce, perles de culture Il y a de nombreuse rivières qui contiennent des bancs d'unios perliers : en Ecosse, en Bacière, en Suède, en Amérique du Nord . . .

Dans les Vosges, les perles de la Neune (ou de la Vologne), appartiennent aux Ducs de Lorraine.

Les perles d'eau douce de culture les plus connues sont celles du lac Biwa, au Japon. On les cultive sur des Hieropsis schlegeli, sorte de mulettes d'eau douce. Le greffon, sans noyau de nacre, est introduit dans le manteau de la mulette, et une perle de forme ovale à baroque se dévoloppe. Chaque mulette peut recevoir jusqu'à 40 greffes (20 par valve), mais on se limite à 10-15 greffes afin de ne pas épuiser le mollusque.

Les perles grossissent pendant cinq ans, et sont extraites avec soin, pour ne pas blesser la mulette, qui pourra ainsi produire une deuxième, voire une troisième génération de perles. Ce mollusque peut vivre quarante ans, alors qui l'huitre perlière ne vit que sept à huit ans. A l'heure actuelle, cette production s'arrête en raison de la pollution croissante du lac Biwa.

Les perles de culture en eau de mer proviennent de l'introduction d'un greffon (noyau de nacre juxtaposé à un carré d'épithélium palléal externe provenant d'une huitre d'un an sacrifiée), dans la gonade d'une huitre Meleagrina martensi qui va le nourir. Ce greffon va se développer en formant un sac autour du noyau, et en le recouvrant de couches perlières. La perle de culture reste en formation pendant trois ou cinq ans, et on tue l'huitre pour extraire la perle. Il y a environ 30% de réussite (pour un noyau de 5 mm de diamètre), et seulement 5% pour un noyau de 9 mm ! ! ! 

 

Si vous y croyez

En astrologie : Selon la couleur, la perle convient davantage aux Gémaux, Cancer, Vierge, Capricorne, Poissons.

Pour votre bien-être : Si elle n'est pas percée : elle soigne les maladies occulaires.

En chine, elle réduit les problèmes gynécologiques.

Chez les Arabes, et en Inde, c'est un aphrodisiaque féminin garantissant la fécondité.

Au Moyen Âge, on l'utilisait pour traiter l'épilepsie, la folie, la mélancolie, et au XVIIe siècle, dans du jus de citron, comme fortifiant.

Esothérisme : La perle est douce et apaisante. Elle incite à assumer ses responsabilités, et force la prise de conscience, elle comporte un effet miroir (reflet de soi) et engage à la vérité. Elle fut utilisée autrefois pour questionner les esprits.

Si elle est de couleur ou de nuance :

*Blanche : pureté et spiritualité

*Crème ou beige : douceur et onctuosité

*Grise : discrétion et effacement

*Rose : tendresse et affection

*Verte : apaisement et guérison

*Bleu ou violette : esprit, sens artistique, créativité

*Noire : protection et concrétisation

Les perles ont souvent été associées à l'amour et aux pleurs (dédiées à Aphrodite, ou encore larmes de Vénus solidifiées. Elles préservent les jeunes mariées des larmes).

Elles rendent la jeune fille candide, et purifie la jeune femme, sont symboles de foi, d'ardeur religieuse, de pureté, des amours permises, de tendresse, et étaient souvent offertes, montées seules sur une bague, en gage d'amour lors des fiançailles. 

:::::::::::::::::::::::::::
Renseignements tirés du magasine "Perles et créations" N°1